Crèche, mode d’emploi

Sans vouloir casser l’ambiance, la rentrée n’a jamais été aussi proche. Et pour certains d’entre vous, cette rentrée ne sera pas comme les autres puisque vous laisserez pour la première fois votre bébé en crèche.

La collectivité c’est formidable, c’est ce qu’on a tous répété à l’adjoint en charge de la petite enfance avec son nourrisson dans les bras et sa dignité au vestiaire afin de le convaincre de nous attribuer une place. Mais le premier jour de l’adaptation, on fait tout de suite moins les malins…

La fameuse adaptation sera étalée sur une semaine ou 10 jours, en fonction des besoins du bébé. Il faut savoir que les difficultés d’adaptation sont le plus souvent générées par le stress des parents et non par le bébé qui ferait un refus en bloc. Il faut donc essayer, au maximum et pour le bien être du petit, d’être le plus détendu possible afin de lui transmettre de bonnes vibrations.

Le premier jour, vous ferez connaissance avec la référente qui sera en charge de votre bébé, une discussion s’engagera autour de ses habitudes (de sommeil, d’alimentation, ses rituels, etc.). les jours suivants, vous passerez un moment dans la section avec votre enfant, par exemple pour le temps du repas: vous le nourrirez, le lendemain, sa référente s’en chargera. Puis, progressivement, vous le laisserez 1h, puis 1h d’éveil et la sieste, pour arriver à la fin de la semaine à une journée de type 10h – 16h.

Si au bout de cette semaine la référente de votre enfant vous dit qu’il a encore besoin de quelques jours et même si, évidemment c’est difficile niveau planning et boulot, écoutez là et essayer, autant que faire se peut, d’accorder ces quelques jours d’adaptation de plus à votre bébé.

Voilà pour la première phase. Et voilà une période de 3 ans en collectivité qui commence. Afin d’éviter déconvenues et frustrations, voici quelques conseils qui peuvent vous être utiles :

–       « Mon enfant ne s’endort que dans les bras ». Je vous préviens tout de suite, les auxiliaires de puériculture n’ont pas 5 bras, votre bébé sera donc bercé un temps puis encouragé à s’endormir seul dans son lit.

–       Si c’est possible, prévoyez un doudou pour la crèche et un doudou qui restera à la maison. Rien de pire que de réaliser une fois rentré que le doudou est resté à la crèche…

–       Le matin, ne vous sauvez pas comme un voleur mais ne prolongez pas non plus les adieux. Un câlin, un bisou, une indication temporelle sur l’heure à laquelle vous reviendrez et hop, dehors ! Votre enfant hurle ? Il arrêtera dans 5 minutes, ne vous faites pas un ulcère.

–       Quand vous récupèrerez votre enfant le soir, prévoyez de ne pas arriver 2 minutes avant la fermeture et ne zappez pas la phase des « transmissions » (l’historique de la journée du bébé, avec vocabulaire qui n’appartient qu’à la crèche comme « il a eu 2 selles et il a joué sur la structure »).

–       Pour les plus grands, ne le prenez pas mal si votre enfant ne se jette pas dans vos bras immédiatement : d’une, vous l’avez laissé, il vous fait remarquer qu’il n’est pas forcément très content de ca et de deux, il tisse des liens avec l’équipe, il ira surement chercher un câlin auprès de son auxiliaire préféré et c’est tant mieux !

–       La deuxième année est souvent la plus difficile de la collectivité car si les bébés jouent les uns à côté des autres sans se soucier du voisinage, les moyens eux sont en plein apprentissage du « vivre avec l’autre ». C’est donc l’année des morsures et des coups. Mais les victimes et les bourreaux sont interchangeables : un jour votre enfant sera mordu, un jour il sera le mordeur et c’est le dialogue avec l’équipe qui vous aidera à mettre les pendules à l’heure avec votre enfant.

–       Voyez l’équipe des professionnelles comme des collaboratrices : elles s’occupent de votre bébé la journée, ne vous remplacent pas, mais sont des alliées précieuses dans l’éducation.

–       Si quelque chose vous déplait, parlez en immédiatement à la directrice et pas aux membres de l’équipe, ce sera à elle de gérer, c’est elle la responsable.

Bien vécue par les parents et bien préparée pour les enfants, l’expérience crèche est inoubliable !

Publicités

2 commentaires

  1. très chouette article, lu avec beaucoup d’intérêt!!
    Merci ! C’est plus clair pour moi. Little va aller chez un nounou, pas en crèche, mais je pense qu’il y a pas mal de similitudes…

    Bonne journée!

    1. De rien. Il y a sans doute des petites choses à piquer car les crèches gèrent pas mal d’enfants et de parents. Et c’est si confortable psychologiquement quand on sait que notre enfant à trouver ses repères en dehors de la cellule familiale. C’est donc important que les parents construisent une relation de confiance avec les personnes qui s’occupent de l’enfant. Sinon c’est le stress assurer pour tout le monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :