Le mythe de la première rentrée des classes

La rentrée des classes est un sujet de post tout trouvé. C’est comme dans les médias, en septembre, il n’y a pas un journal qui n’en parle pas. Alors moi, pour faire ma maligne,  j’ai décidé d’attendre pour en parler. Et aussi parce que Mibou a fait une rentrée progressive.

Récit d’une première rentrée progressive

1er septembre 2015 10h30 (jingle).

On est avance. Ce qui est rarissime. Les copains/copines de la crèche ne sont pas là. Mais que font-ils? Ah en voilà un puis deux puis trois. La pression monte. Mibou court à leur rencontre. C’est l’excitation. Elle court partout. Et zuip une bonne gamelle à cause des premières feuilles mortes. Des pleurs. Un gros câlin. Et Mibou super crade pour se présenter devant sa maîtresse. Bueno!

Dans la classe, c’est une sympathique confusion : les parents, les enfants sont là comme aux journées du patrimoine. On observe. On commente. Parfois on tend l’oreille. Mibou prend la classe pour une salle de jeux. C’est mieux qu’à la maison. Elle est contente. Nous, ses parents, nous prenons la tangente pour un court moment. Après 30 minutes, on se repointe. Mibou joue toujours. Premier contact avec l’école établi. On est loin des images dramatiques de la rentrée que nous sert la TV.

Nady Nadhira -2-900x901

2 septembre 2015 10h30 (jingle)
.

Deuxième jour de rentrée. On complexifie le scenario. Mibou est lâchée dans l’arène après un gros bibi. Aujourd’hui c’est le test de la cantine. Pour ne pas dire le crash test. C’est l’expérience du grand nombre d’enfants, du bruit.

Récupération de Mibou en début d’après-midi dans le préau avec la banane. RAS.

3 septembre 2015,  8h20 (jingle).

Là, c’est la totale. C’est la rentrée aussi pour les parents. Pas question de partir au taf en tongues. Arrivée dans la classe, c’est la découverte des enfants en pleurs et des hurlements. On se croirait dans un mauvais film tellement c’est surréaliste, déstabilisant. Je parle à Mibou pour faire diversion et la rassurer. Et moi, je la laisse dans ce chaos en espérant que cela ne l’empêche pas de profiter.

Récupération de Mibou en fin d’après-midi dans le préau avec la banane. RAS.

Je me dis qu’il y a un loup quelque part.

Une semaine après, même diagnostic : Mibou n’est définitivement pas impressionnée par la rentrée.

Nady Nadhira -3-900x902

Deux mois après, l’école est rentrée dans notre quotidien. Et Mibou a déjà viré pré-ado : « Non, je ne veux pas aller dormir ! » « Non, je ne veux pas me lever ! ».

La rentrée paraît déjà bien loin !

Crédits photo : Nady Nadhira 

Publicités

un commentaire

  1. Très bonne idée d’attendre pour raconter cette rentrée. Du coup cela m’a fait repenser à la première rentrée de ma fille tibout 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :