Je ne sais pas lire les livres aux enfants

C’est ma leçon du jour. Je ne sais pas lire un livre à un enfant.
Depuis son plus jeune âge, les livres font partie de l’environnement de Mibou. Ils colonisent gentiment les étagères de sa chambre car nous lui en offrons régulièrement. Eh oui c’est une manière de se faire plaisir ensemble. Et tous les soirs je lis plusieurs histoires pour l’accompagner vers le sommeil.  Prendre un temps où on se détend, on déconnecte de la longue journée d’école et de travail.
Quand je lis,  je ne sais pas pour vous,  je me concentre sur la lecture de chaque paragraphe.  Parfois dans mes grands jours je rentre dans la peau du personnage par la voix pour que cela crée une ambiance. 
Mais ça s’arrête là. 
En épinglant quelques images sur pinterest, je suis tombée sur un article de la Cabane à idées qui m’a filé une claque du genre fisherman’s friend (vous vous rappelez de la pub)
.
Là je me rends compte que je ne sais pas lire les histoires.

la-honte

Le français, oui. Mais pas les histoires. Ou plutôt je ne sais pas rendre la lecture riche et en faire un outil qui ne soit pas juste de la narration.
Un livre c’est du texte et des images. Mais je devrais appliquer un peu plus ce que je raconte dans mon article sur la forme. 
Donc voilà ce que nous dit l’article de la Cabane à idées:
⁃    un texte se compose de phrases, de mots et de lettres. Lire avec son enfant peut être l’occasion de lui faire identifier les lettres de son prénom par exemple ou s’exercer à compter en observant le contenu des images.
⁃    Dans les illustrations, il y a pleins d’occasions de découvrir de nouveaux objets, de nouveaux animaux aussi.
⁃    C’est aussi un moyen pour répondre aux nombreux « Pourquoi » de l’enfant en s’appuyant sur des éléments visuels.
⁃    La lecture peut aussi se transformer en jeu de mémorisation en demandant à l’enfant, après plusieurs lectures, de terminer les phrases.
A y repenser, je me dis que c’est évident. Encore faut-il que ton cerveau après une journée de travail, ne soit pas en surchauffe totale. Et que le cerveau de ton nain ne soit pas lui aussi au bord de la saturation. Mais pourquoi pas ! On essaiera.
Et vous, vous saviez lire?

Publicités

5 Commentaires

  1. Je ne suis pas d’accord avec les commentaires précédents, mais avec les idées présentées, oui. Il ne s’agit pas de « rentabiliser » ou d’apprendre à tout prix, mais plutôt d’explorer le livre avec l’enfant –à son rythme, selon ses intérêts et ses capacités de compréhension, en profitant de tous les éléments qu’il offre.
    Par exemple, quand on parle d’utiliser l’image pour répondre aux questions de l’enfant, avec un peu de pratique on se rend compte qu’on retrouve souvent dans les livres des objets de notre quotidien qui ont suscité une question ou un incident. Le retrouver dans le livre, le mentionner, expliquer cet objet en rapport à l’image permet à l’enfant une compréhension plus globale du monde, une autre approche à la question donnée. C’est quelque-chose que je trouve très important pour l’éducation, et au contraire de ce qui a été dit, n’enlève pas du tout de plaisir à la lecture!

    1. Je suis contente d’avoir aussi ton point de vue. Je trouve tout à juste l’idée de rebondir sur le contexte du livre pour aborder des questions que nous pose nos enfants. C’est vrai que cela demande de se poser. Et c’est ce que je ne fais pas systématiquement. Merci beaucoup pour ton commentaire:-)

  2. Mon fils est encore un peu petit mais pour moi l’histoire du soir est un moment de detente et non un moment d’apprentissage, le but est de deconnecter et de s’apaiser.

    Par contre j’approuve la methodologie citée pour le week end ou moment en journée quand c’est possible.

  3. Fanny MasteringChaos · · Réponse

    arf, il faut se faire plaisir 😉 je suis baby sitter, et il m’arrive de faire des petites parenthèse « analyse » avec « mes » petits, mais je ne me cuit pas la rate au court bouillon si je ne le fait pas. Je trouve dommage de vouloir « rentabiliser » a tout prix le moment de l’histoire, qui je trouve est un vrai moment de plaisir a deux. même si je ne suis pas maman, je vois bien qu’il y a beaucoup de pression sur les parents, « faites ceci, faites cela »… 😦

    1. Je suis d’accord avec toi. On a tendance à tout transformer en situations d’apprentissage. Belle journée à toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :