Blogueuse, community manager… où va s’arrêter la liste ?

Quand j’ai commencé à blogger en 2012, je n’imaginais pas dans quoi j’avais mis le petit doigt. Un peu comme Mibou, j’ouvrais la porte du blogging comme on entre dans un magasin de jouets quand on a 4 ans. « Waouh ! C’est beau. Oh, elles assurent avec leur blog. Tiens j’aimerai bien parler de ça. Mais au fait, ça marche comment ? »

A cette époque encore, les stars des réseaux sociaux c’étaient FB, Twitter et YouTube. Pinterest et Instagram pointaient leur nez, amenant avec eux leur propre état d’esprit. Il y a eu aussi Scoop it mais peut-être dans une sphère plus pro.

Au départ, le truc c’était d’arriver à publier à plusieurs endroits le contenu de son blog. On parlait d’automatisation.

Ce que je remarque aujourd’hui, c’est que ce n’est plus suffisant car la philosophie de chacun des réseaux sociaux tend de plus en plus à se distinguer pour créer des communautés d’intérêts distinctes. Ce ne sont pas que de simples tuyaux. Je trouve que FB est bien pour des contenus texte et pour relayer de l’information que ce soit pour son blog ou d’autres médias. On y discute mais cela ne rivalise pas avec la viralité des papotages sur Twitter.

Quand tu rotes sur Twitter, c’est tout de suite remarqué surtout si tu le fais pendant une émission à grande audience. C’est plus vite engageant grâce à la puissance du hashtag. Faites-en l’expérience. Regardez Babyboom et tweeter en même temps. Très vite, ça se met à papoter.

Pendant ce temps, FB fait son petit bonhomme de chemin vers de la régie pub. Sans booster sa publication à coup d’euros, ça pète moins loin. Tant mieux, vous me direz, dans certains cas.

 

L’été dernier, là où Instagram était resté mon petit espace privé et mon labo photo pour mon blog, j’ai décidé de rendre public mon compte mamandanslezef et de partager mes photos de vacances privées ailleurs. En me baladant dans le viewer, je me suis rendue compte à quel point Instagram s’était esthétisé pour devenir le réseau des « Photographers ». Les filtres, les compositions, les sujets, l’éclairage, tout est chiadé. Vive VSCO Cam… (« J’ai bien fait d’exercer mon œil photographique pendant les vacances… »).

Non sans déconner, ça fait autant flipper que rêver. Y’a de la DA* (Direction artistique), j’le dis. C’est clair que Monsieur Papa ne va pas accepter que je transforme notre appart en studio photo avec déco design scandinave.

Sur Instagram, les comptes suivis, se distinguent par des kilos d’abonnés. Et là, ça fout la honte quand tu débarques dans la place après 3 ans d’Instagram dans ton boudoir. Ça m’a filé le tournis.

Jamais sans mon bic 😉 #instamood #miboustyle #ecriture #kids #apprentissage #stylobic #vintage

A post shared by Maman dans le Vent (@mamandanslezef) on

 

Voilà où je veux en venir, le tournis. Être pertinente sur tous les réseaux sociaux avec mon simple blog et ma « Real Life », ça coince :

  • Faut-il arrêter de blogger si on n’est pas ou si on n’a pas de community manager ?
  • Faut-il au contraire délaisser certains réseaux sociaux ?
  • Ou encore faut-il juste blogger ? J’entends par uniquement blogger, se concentrer uniquement sur la rédaction de ses articles sans développer de vies communautaires multiples.

Si on fait l’analogie avec la vraie vie, il est difficile de faire vivre des groupes d’amis différents même si vous en êtes le fil conducteur.

J’en reviens toujours à la même interrogation. Tout ce temps passé sur ces plateformes communautaires, que me rapporte-t-il ?

Un ami informaticien ironisait en me révélant une part de l’envers du décor. Le persuasive design. Vous connaissez ? C’est tout l’art de concevoir des appli omniprésentes. Je crois que je ne veux pas en savoir plus pour le moment.

A l’issue de cette réflexion, je sens toujours que ça coince. Alors j’ai discuté avec une community manager et ce qu’elle m’a dit, après avoir regardé ce que je faisais, m’a délivré : LE SECRET.

Accroche- toi car ce secret va chambouler ton chignon du matin.

Prête, je lâche le scoop :

« Fais-toi plaisir ! »

 

Oui, oui ! Il est fondamental de se faire plaisir c’est à dire investir du temps dans des réseaux, des applications que l’on aime et qui nous font plaisir.

Waoouh !!! Rien d’autre me dis-je ? Et en même temps, c’est tellement évident.

Je crois que je vais continuer à blogger et à me laisser séduire par des rencontres fortuites sur ces plateformes. Après tout, je suis peut-être tout simplement une «  blogueuse ermite » et un peu « à l’ancienne » comme dirait la community manager que j’ai rencontrée.

Hep ! J’adorerais savoir comment vous gérez tout cela en vrai ?

 

Publicités

12 Commentaires

  1. Merci pour ton article. Je commence à peine ma nouvelle vie de blogeuse, et je me suis posée la question. Finalement je me dis que le principal est de faire ce que j’aime sur le support qui me plait sans me prendre (trop) la tête 🙂

    1. Hello. Je suis d’accord après ce que je trouve difficile c’est de faire abstraction de l’environnement. C’est Chaud de bloguer à terme sans lectorat. Et comme tout se tient… Le fun doit être la première motivation pour entretenir la flamme. Bienvenue dans la blogo. J’espere que ca te plaira. Enjoy 😊

  2. Trop peu d’expérience dans le monde du blog pour donner un conseil, mais j’apprécie beaucoup le petit secret délivré qui sera peut être utile par la suite qui sait ?! Gwen.

  3. Eh bien figure-toi que c’est ton côté #reallife qui fait le charme de ton blog. Le ton, l’humour c’est original et j’adhère.
    Ça fait un peu moins d un an que j’ai mis en ligne le mien et le plus dur c’est la promo des articles! J’oublie tours de le faire. J’ai remarqué aussi que chaque réseau est une communauté avec des attentes différentes et que ce n’est pas facile de se faire connaître.
    Par contre, les groupes fb plus intimistes permettent de se créer des lecteurs réguliers et des échanges très sympas.
    D’où mon interrogations, comment font celles qui ont 1million de followers ? Sont-elles proches de tout ce monde?
    J’adore écrire sur mon blog mais le job de community manager me fait sérieusement suer aussi😂

  4. J’aime beaucoup cet article qui arrive pile quand j’ai décidé de plaquer tous les réseaux sociaux en tant que Jeune Maman Epanouie ou Presque pour ne garder que mon blog. Le côté community manager me faisait franchement suer, sans parler de Facebook qui t’incite à sponsoriser tes posts et Instagram qui se transforme en diktat de l’uniformité de la photo. Bref, blogguer c’est déjà pas mal ^^

    1. Merci pour ton commentaire. Je suis d’accord avec toi. Moi aussi je me sens de moins obligée d’être active sur les réseaux sociaux. Je fais en fonction de l’humeur. En ce moment je m’amuse pas mal en faisant des photos alors je partage sur IG. C’est complémentaire avec le blog. Et puis écrire c’est une chose. Papoter c’est autre chose. A très vite pour lire tes posts ♡♡♡

  5. Fonce ! Maman dans le vent et tant pos pour le glam! Nous on aime notre bloggeuse à l’ancienne avec ses sujets dans le real life!

    1. Merci pour ces encouragements. Biz 😚😚😚

  6. Réflexion intéressante! J’avoue qu’avant de finir ton article, j’allais en venir à la même conclusion. Il faut miser sur le plaisir d’écrire et de lire. J’ai créé mon blog sur un coup de tête il y a quelques semaines à peine, comme ça pour voir, et je me prends au jeu.
    Mais je l’envisage comme un petit plaisir – si l’on me lit, tant mieux, mais j’écris car j’aime bien ça. Evidemment, si personne ne lit et que ça devient une corvée, j’arrêterais ; mais je crois qu’on peux envisager de bloguer sans courir après les clics.
    Pour ma part je délaisse les réseaux sociaux hors hellocotton pour l’instant – je préfère les utiliser à titre perso, hors blogging. Je préfère garder cet aspect « artisanal », sans me faire d’illusions. Des blogs il y en a des millions et tous ne seront pas lus autant. Tant pis pour le large public, au moins j’aurais un public qui vient pour me lire, pas pour gagner des concours ou partager ce que j’ai mangé au petit déj. Et puis après l’expansion de tous ces réseaux, et face à l’immensité de cette blogosphère, peut être ressentons-nous le besoin de nous recentrer vers l’authentique?

    1. Plaisir et authenticité. Je comprends bien. Mon mec me rappelait hier que le nombre de clics ne dit pas de la qualité. Et ce que tu dis me rappelle qu’il faut être au plus prêt de ses motivations. Je crois qu’après 4 ans de blogging, d’incursions dans les concours, tests et compagnie, j’ai envie d’autres choses. A suivre. Merci pour ton commentaire et enjoy ton nouveau blog😉

  7. J’ai commencé à écrire sur le blog des Lulus il y a un peu plus de 3 ans je crois… pour moi le blog, c’est le plaisir d’écrire, de partager, mes bonheurs, mes peines, mes questionnements, mes projets, mes envies… je vois mon blog comme un journal intime, mon espace de parole à moi! Se faire plaisir c’est l’essentiel en effet! Bonne route à toi 😉

    1. Le plaisir. On y revient. Je suis d’accord avec toi. Quand on est dans le plaisir je crois qu’on crée du sens pour soi. Et on attire des personnes dans le même mood. Belle journée à toi 😚

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :